mardi 15 mars 2016

Sermonnée

- "Ne crois-tu pas tout d'abord que te coucher à 22h soit déraisonnable ? Tu te lève tôt le matin, tu fais  des études difficiles, tu as donc besoin de sommeil. Je te rappelle les sacrifices que nous faisons pour te permettre de suivre ces études. Il es donc hors de question que tu les mettes en péril en menant une vie de patachon. Est-ce clair ma fille ?"
- "Oui Maman, c'est clair."
- "Ensuite, ne t'avons-nous pas appris l'obéissance ? L'obéissance aux autorités légitimes est une base de la vie en société. J'ajoute que c'est une qualité particulièrement importante pour une fille, car j'espère bien que tu te marieras un jour."
- "Oui Maman, tu as raison."
- "Tu avais toutes les raisons d'obéir à Mme Lambert. D'abord le contrat signé prévoyait cette heure de coucher, ou au moins d'extinction des feux. Ensuite tu habites chez elle, sous son toit, et doit donc respecter son autorité. D'autant, plus qu'elle t'es largement plus âgée. Ta désobéissance est donc inadmissible Sophie."
- "Oui Maman, je te demande pardon."


- "Ce n'est pas d'abord à moi que tu demande pardon, mais à Mme Lambert que tu as offensée. Après que je me sois occupée de tes fesses, nous lui téléphonerons. Tu reconnaîtras tes fautes et expliqueras que tu as été punie pour cela, et tu lui feras des excuses circonstanciées et sans équivoques."
- "Maman ! Je ne vais tout de même pas lui dire que tu m'as donné la fessée !"
- "Mais Sophie, je l'ai déjà prévenue que c'est ce qui t'attendais."
- "Oh mon Dieu ! Jamais je n'oserai réapparaître devant elle !"
- "Ne t'inquiète pas Sophie. Mme Lambert est une femme droite et bienveillante, qui a même de l'affection pour toi. Et, tout comme moi d'ailleurs, elle a elle-même reçu des fessées quand elle était jeune fille et le méritait."
- "Oui, je sais bien."
- "Revenons à ta conduite ma fille. Ce qui me met le plus en colère c'est l'insolence dont tu as fait preuve envers Mme Lambert, une femme chez qui tu logeais et qui aurait l'âge d'être ta grand-mère."
- "Je regrette Maman"
- "Lorsque j'ai reçu le mail de Mme Lambert, se résignant à m'informer de ton comportement, j'étais morte de honte et particulièrement vexée ! Passe encore que tu ai désobéi, je l'ai parfois fait moi-même étant jeune. Mais l'insolence et l'irrespect dont tu as fait preuve envers une personne âgée est à mes yeux une faute extrêmement grave, appelant une sanction exemplaire !"
- "Maman, je regrette vraiment ! Je ne recommencerai plus, c'est promis !"
- "C'est bien mon intention ma fille. Pour m'en assurer, et te punir comme tu le mérites, je vais te donner une fessée longue et sévère, jusqu'à ce que tu ai les fesses toutes rouges et que je sois persuadée que le message est bien passé."
- "Maman non  Je le mérite je sais ! Mais ne sois pas trop sévère s'il te plait, je t'en supplie Maman !"
- "Et maintenant tu file dans la chambre, et tu t'agenouille au coin en m'attendant."



samedi 12 mars 2016

De retour à la maison

- "Sophie, te voilà enfin !"
- "Oui Maman", penaude
- "Nous allons avoir une petite explication toutes les deux"
- "Oh maman ! Je regrette tu sais !", baissant les yeux



- "Oui ma fille, heureusement que tu regrettes ce que tu as fais. Ce serais un comble si tu n'avais pas conscience de ta faute. Mais crois-moi je vais te le faire regretter encore plus. Nous allons d'abord parler de ton comportement avec Mme LAMBERT, et en quoi il est inadmissible. Ensuite nous irons dans ma chambre je t'administrerai une bonne correction. Quand j'en aurai terminé avec tes fesses, je te garantie qu'elles seront bien rouges."




- "Maman non ! Je t'en supplie ! J'ai 18 ans Maman !"
- "Oui ! Justement tu as 18 ans ! Mais tu ne t'es pas pour autant comporté en jeune fille responsable et bien éduquée. Tu as donc encore besoin que tes parents te donnent la fessée."
- "Maman ! Je t'en prie, ne me donne pas la fessée !"
- "Tu préfère que ce soit Papa qui te trousse, te déculotte et te punisse ?



- "Oh non Maman, j'aurai trop honte ! Je préfère encore que ce soit toi."
- "Je te comprend Sophie. Il y a effectivement des choses qu'il vaut mieux garder entre une mère et sa fille."
- "Mais quand même Maman, à 18 ans les filles ne reçoivent plus la fessée en général !"



- "En général, mais pas chez nous. Tu es peut-être légalement majeure, mais tant que tu vis à la maison et que tu n'est pas mariée, tu reste sous notre autorité. J'ai toujours veillé à ce que mes filles reçoivent la meilleure éducation, et je tiens à ce que vous ayez une conduite irréprochable, en tous domaines. Sinon, c'est la fessée, quel que soit votre âge."l
- "Maman, quand même !"
- "Non Sophie ! C'est la règle à la maison. Souviens-toi de ta soeur aînée. Elle s'est mariée à 25 ans. Lorsqu'elle avait 24 ans, alors qu'elle travaillais déjà comme institutrice depuis 1 an, 



j'ai été obligée de rectifier ses écarts de conduite et de lui administrer une bonne fessée, déculottée, comme celle que tu vas recevoir tout à l'heure. Et je lui ai donné sa toute dernière fessée à peine un mois avant son mariage."



-"Oui Maman, je m'en souviens bien en effet."
-"Alors ce soir, tu n'y échapperas pas toi non plus, Sophie" - "Oui Maman"

jeudi 10 mars 2016

Une logeuse mécontente

Chère Madame Lemercier,

Je me permet de vous écrire car j'ai des problèmes avec votre fille Sophie. Lorsque j'ai accepté de vous louer sa chambre j'avais clairement spécifié une extinction des feux à 22h (ce qui me semble d'ailleurs une heure convenable pour une jeune étudiante) ou pour le moins qu'elle s'abstienne de faire du bruit. Les débuts se sont bien passés, mais au bout d'un mois environ les habitudes de Sophie ont commencé à sérieusement dériver. Aujourd'hui, elle ne se couche jamais avant minuit, au minimum. Souvent c'est même plutôt à une ou deux heures du matin.

Si au moins elle ne faisait pas de bruit, cela ne me gênerait pas. Mais elle écoute souvent de la musique trop forte et, même si elle ne fait pas trop de bruit, lorsqu'elle se décide enfin à se coucher elle prend sa douche et me réveille alors à chaque fois.

J'ai déjà essayé plusieurs fois de lui rappeler les règles fixées au départ. Elle m'écoute plus ou moins poliment, parfois avec un brin d'insolence, mais, au mieux au bout de quelques jours, elle recommence à n'en faire qu'à sa tête. Je n'en peux plus. Mon sommeil est complètement troublé et, une fois réveillée, je n'arrive plus à retrouver le sommeil.

Je sais que vous êtes une famille sérieuse et que ces désagréments cesseront rapidement. Je vous remercie donc d'en parlez à votre fille au plus vite, afin que la vie de la maison reprenne son cours normal.

Dans l'attente je vous prie de recevoir, Chère Madame, mes sincères et cordiales salutations.

Madame Lambert





Chère Madame Lambert,

Je suis profondément confuse d'apprendre que ma fille Sophie s'est mal conduite. Je vous prie d'accepter mes plus plates et sincère excuses pour ce comportement inadmissible.

Je comprend et partage tout à fait votre point de vue et vais naturellement prendre les choses en main dès ce week-end. Sophie peut bien préparer son derrière. Sa conduite est en effet parfaitement inadmissible et je vous garantis qu'elle va sentir ses fesses. J'ai en effet toujours veiller à donner à mes filles une bonne éducation et je ne tolère absolument pas l'impolitesse, l'insolence la désobéissance. Je vous promet donc que je vais lui chauffer longuement les fesses et la sermonner vertement. Et naturellement, elle devra ensuite vous faire des excuses.

En vous priant à nouveau de m'excuser pour ces désagréments que vous avez subis, je vous prie de recevoir, Chère Madame, mes remerciements sincères et mes cordiales salutations.

Madame  Lemercier



PS : vous pouvez prévenir Sophie qu'une bonne déculottée l'attend quand elle rentrera à la maison



lundi 26 octobre 2015

La fille sage et la vilaine fille


"Une fille sage regrette sa mauvaise conduite et éprouve un sentiment de contrition. Elle souhaite réparer son acte, se repentir et être pardonnée. Préparant ainsi la réadmission dans la communauté dont elle a enfreint les règles. La fille sage sait que le pardon ne lui permet pas d'échapper aux sanctions. 



Au contraire, elle comprend que sa mauvaise conduite nécessite une punition et elle l'accepte loyalement. En y concédant docilement, elle montre un état d’esprit de sincère repentance pour se sentir ensuite soulagée de sa culpabilité.



*******

La vilaine fille, au contraire, ne sent pas la contrition. Elle ne regrette pas son mauvais comportement pour le fait, mais par peur de punition. Elle éprouve un sentiment de guerre intérieure permanente. Elle ne se sent pas responsable de ses actes. Si elle y est confrontée, elle nie tout en bloc. 






















Si cela n’est pas possible, elle promet de ne plus jamais recommencer en exprimant son regret uniquement sous la force quand la canne ou savate s’abat sur son derrière. Elle se sent littéralement punie car elle ne réalise pas d’avoir fauté." 
(©Photino 2003)

https://www.flickr.com/photos/7505945@N08/9368862807/in/faves-41780009@N04/



dimanche 11 octobre 2015

Confidences entre mère et fille

- Sophie ?

- Oui Maman.

- Viens avec moi dans la chambre s'il te plaît, je voudrais te parler.

- D'accord

- Asseyons-nous sur le lit


- Je voulais te féliciter ma chérie, pour la démarche que tu as entreprise. Nous avons eu ton fessologue au téléphone. Il nous as raconté que tu avais été le voir deux fois, et que la deuxième fessée qu'il t'a donnée a été particulièrement sévère. 

- Oui Maman, c'est vrai. Mais je la méritais bien.

- Il nous a dis pourquoi tu l'avais réclamé. C'est vrai que tu étais parfois si insolente, désobéissante, et même parfois irrespectueuse avec nous. 

- Oh Maman ! Je te demande pardon !

- Ne t'inquiète pas ma chérie, tout est pardonné, et depuis bien longtemps. Mais ton père et moi sommes particulièrement fiers de toi aujourd'hui, maintenant que nous avons appris l'engagement que tu as pris.

- Merci Maman ! Je t'aime !


- Mais attention ma fille ! J'espère que tu vas continuer sur cette bonne voie. N'oublie pas que, conformément à ce que tu as demandé dans ton contrat, nous n'hésiterons pas à signaler toute mauvaise conduite qui réapparaitrait. C'est clair ma chérie ?

- Oui Maman. Je te remercie. Pour rester sur la bonne voie j'ai besoin de votre soutien, à toi et à Papa.

- Tu peux compter sur nous Sophie. 

- Merci. Vous êtes des bons parents. Je mesure ma chance de vous avoir.

- Allez ! Assez bavardé. Nous avons du travail en cuisine. Tu viens m'aider ?

- Oui Maman, bien sûr !



mardi 6 octobre 2015

Moment de honte dans la salle de bain !

Bonjour Docteur,

Je suis heureuse que vous me félicitiez pour mes progrès. Même si je manque toujours trop souvent de temps - et oui ! J'ai repris les cours à la fac - je vous promet de ne pas oublier de mettre à jour mon blog et d'y conter la suite de mes mésaventures !

Pour ce qui est de raconter mes fessées à mes parents, je vous avoue être vraiment gênée et je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Je pense d'ailleurs que mes parents seraient du même avis que moi, et qu'il leur suffit de savoir qu'ils sont maintenant sérieusement secondés. 

J'ai d'ailleurs été extrêmement gênée l'autre weekend, après la deuxième fessée que vous m'avez administrée. Dimanche soir alors que je sortais de ma douche, ma jeune sœur qui faisait elle aussi sa toilette a aperçu vos marques rouges sur ma fesse droite. 


- "Oh ! Qu'est-ce que c'est ? Tu as reçu une fessée ?"

- "Mais non ! Qu'est-ce que tu vas imaginer ! "

- "Pourtant ça ressemble aux marques d'une bonne fessée. Comme celle que Maman t'a donnée lorsque tu avais 19 ans. Tu te rappelles ?"

- "Si je m'en rappelle ? À 19 ans ce n'est pas une fessée qu'on oublie !"

- "Et c'est bien les marques d'une fessée à la brosse. Tu sais Sarah, Aline et moi on en reçois aussi quand on n'est pas sage. Je sais à quoi ça ressemble."


- "Oh la la ! Tu as trop d'imagination Camille. A mon âge, on ne reçoit plus la fessée. La fessée, c'est pour les petites." ( et tac !)

- "D'un autre côté, j'aurais du entendre si Maman t'avais donné une fessée ce week-end. C'est bizarre."

- "Alors tu vois, tu le dis toi-même ! Je n'ai pas reçu de fessée, je suis juste tombée sur le derrière, c'est tout !" Bafouillais-je en devenant toute rouge

- "Si c'était vrai, tu ne deviendrais pas toute rouge comme cela ! Je suis sûre que tu as reçu une fessée, et une belle. D'ailleurs tu étais vraiment insolente avec les parents depuis quelques semaines. On a tous pensé à la maison que tu aurais besoin d'une bonne fessée. Et bizarrement, tu es toute calme ce week-end. Peut-être que Maman est venue cette semaine te donner une fessée dans ton studio à Paris. C'est ça ?"


- " Mais tu va me ficher la paix à la fin s'il te plait ! Tu veux que je te mette une giffle ?"

- "Si tu fais ça, je dis tout à Maman !"

- "Pfff ! "


Je suis toute confuse en vous racontant cela. Je ne sais pas ce qui me prend, mais cela me fait du bien en même temps. 

Je crois que ce petit moment de honte face à ma sœur - rien à voir avec celui, tellement mortifiant, de l'autre jour, lorsque vous avez abaissé ma culotte - a été pour moi une bonne petite piqure de rappel. Je suis certes une grande maintenant, mais je reste une fille. 
Donc jamais trop âgée pour recevoir une bonne fessée déculottée lorsque je le mérite. 

Et je vous suis tellement reconnaissante de m'avoir reprise en main comme j'en avais besoin.

Profitez bien de la fin de vos vacances Docteur.
A bientôt (Non, au plus tard possible plutôt. ;-)


Sophie, bien sage en ce moment





Le 22 sept. 2015 à 21:36, Dr Spank a écrit :
Bonjour Sophie,

Mes vacances se sont bien passées, le climat a été clément. J'en ai profitez pour me reposer la main jeune fille ! et regonfler mon énergie, alors faites attention à votre comportement.

Je constate que vous n'êtes pas restée inactive durant mes vacances et je vous en félicite. Nous avions en effet parlé du fait que votre blog était à l'abandon et j'ai pu constater avec plaisir qu'il avait de nouveau repris vie. De plus, je suis fort aise de voir que vous m'avez envoyé les posts directement sans que je n'ai eut à les chercher. Je vois que vous rougir les fesses à été bénéfique sur votre comportement jeune fille ! J'ai aimé le récit de votre première fessée et j'attends avec impatience le suivant.

De plus, vos parents m'ont contacté suite à notre séance, j'ai constaté avec regrets que vous ne leur aviez pas expliqué le pourquoi de votre changement de comportement. En voila des manière Sophie ! Il est important puisque vous les avez offensé et leur avait manqué de respect que pour vous amendez vous leur décriviez notre séance. J'ai donc fait votre travail jeune fille et leur ai expliqué brièvement ce que vous aviez reçue. Mais sachez que je ne suis pas content de cela ! J'attends donc que vous revoyez celà avec eux Sophie ! sinon vous savez ce que vous risquez !

J'attends de vos nouvelles jeune fille, je suis en ce moment un peu plus disponible mais toujours en vacances jusqu'à la fin du mois.

Sévèrement votre

Dr Spank



mardi 22 septembre 2015

Première déculottée


Résignée, je me suis docilement laissée conduire sur ses genoux. 

J'anticipais une fessée exemplaire, et je ne me suis pas trompée. Le Docteur m'a immédiatement troussée, et copieusement fessée.



Je tachais de rester stoïque et de recevoir courageusement ma fessée. D'autant plus que le Docteur m'avait clairement indiqué que cette fois-ci je n'échapperai pas à la déculottée.

Celle-ci n'a pas tardé à venir. Etonnée d'une courte pause accordée pendant cet orage, j'ai tout à coup senti ses mains saisir l'élastique de ma culotte. J'ai eu un bref geste de défense, bien inutile, et l'ai supplier de n'en rien faire, promettant d'être dorénavant une fille exemplaire avec mes parents.


Naturellement il a poursuivi sa tâche, ainsi qu'il se devait. La fessée à repris de plus belle, sur mes pauvres fesses désormais dépourvues de la moindre protection.


Les claques tombaient avec une précision de métronome. Cinq claques sur une fesses, bien réparties afin de garantir un échauffement et une teinte uniforme, puis sans aucune pause cinq claques sur l'autre fesse selon la même méthode. Ainsi sans interruption pendant un temps qui me sembla une éternité.

Puis le Docteur marqua une pose. Sans me lâcher, me tenant toujours fermement par la taille, il entrepris de me sermonner à nouveau.


- "Vous avez désobéi à vos parents et été insolentes avec eux jeune fille. Vous avez d'autant mois d'excuses que vos parents sont sans reproches, et qu'ils ont veillé à vous donner la meilleure éducation et vous transmettre de bonne valeurs."

- "Oui Docteur. J'ai honte, je regrette vraiment."

- "Et votre conduite est d'autant plus inadmissible que vous être par ailleurs une jeune catholique, observante et pieuse. Vous ne pouviez ignorer que l'Evangile, et tout l'enseignement de l'Eglise, enseigne l'importance du respect du aux parents. Vous le saviez Mademoiselle ?"


- "Oui Docteur !" répondis-je en pleurant

- "Je suis heureux de constater que votre contrition semble profonde et sincère. Mais pour que votre rédemption soit totale, votre punition doit être exemplaire."

- "Oh Docteur ! J'ai déjà les fesses en feu"

- "Pas encore Mademoiselle, mais bientôt, je vous le promet. Pour cette faute inadmissible, une correction exemplaire s'impose. Je vais donc terminer votre fessée par quelques minutes avec la brosse à cheveux. Une fessée à la brosse à cheveux est une expérience mémorable. Les résultats n'en sont que meilleurs."


- "Nooon, je vous en supplie Docteur ! Pas la brosse !!!" hurlais-je désespérée

En effet il me revenait immédiatement à l'esprit les fessées mémorables administrées par Maman, à moi ou à mes soeurs, pour les fautes les plus graves. Des moments terribles, qu'aucune jeune fille ne peut oublier.


J'ai eu beau supplier désespérément avec toutes les larmes de mon corps, le Docteur a tenu sa promesse. La fessée repris de plus belle, atrocement cuisante sur ma peau sans défense. Je criais et battais bras et jambes, implorant pardon et promettant d'être sage, mais rien n'y fit. Une danse terrible qui me paru interminable.

Quand elle cessa enfin, je sanglotai quelques minutes sur ses genoux, comme inerte et agitée seulement de brefs soubresauts. Il me consola et m'envoya quelques minute au coin pour finir de me calmer et réfléchir à ce qui venait de m'arriver.

--------------------------------------------------------------------

En début d'après-midi je retrouvai comme prévue ma copine Sylvie. Celle-ci me proposa d'aller à la piscine. Je piquai immédiatement un fard et déclinai, prétextant avoir mes règles. Aucune envie que toute la piscine découvre mes fesses toutes rouges ! J'en aurais littéralement été morte de honte.




lundi 21 septembre 2015

Envoyée au coin avant ma punition, afin d'y réfléchir sur ma mauvaise conduite... et ses conséquences


"One of those lovely reminders that no girl is ever too old to be brought back into line if she forgets the rules on good manners and behaviour…"

Source : 
http://oh2bagirlygirl.tumblr.com/post/83550413056


- Sophie !

- Oui Docteur ?

- Levez vous jeune fille, et venez maintenant vous coucher sur mes genoux.


…/…

dimanche 20 septembre 2015

Deuxième rendez-vous chez le Docteur Spank


Vendredi matin, me voilà bien malgré moi de de retour chez mon fessologue 


- Le Père Lecordier m’a expliqué vos problèmes avec l’autorité parentale. Vous avez trop souvent tendance à vous révolter, et à désobéir à vos parents.

- Oui, je le reconnais, et c’est ce que je voudrais changer !

- Vous êtes majeure certes. Mais vous n’êtes pas mariée. Ce sont donc toujours vos parents qui ont autorité sur vous. Nous sommes d’accord ?

- Oui Docteur.

- De plus vous ne travaillez pas. Vos parents financent vos études, votre logement à Paris, etc. Vous revenez d’ailleurs chez eux en province tous les week-end.

- Oui, c’est bien cela.

- Donc, que vous ayez 24 ans n’y change rien. Vous êtes encore pleinement sous l’autorité de vos parents. A ce titre vous leur devez respect et obéissance.



- Oui, je suis d’accord.

- Pourtant, ce n’est pas toujours ce que vous faites.

- Oui Docteur, parfois je me conduis mal.

- Trop souvent ! A plusieurs reprises vous vous êtes confessée auprès de votre aumônier, et pris l’engagement de vous amender. Malgré cela vous persistez à vous révolter, à être insolente, et à désobéir à vos parents.

- Je le regrette. Vraiment.

- Je vais veiller à vous le faire regretter plus encore, jeune fille. Vous allez recevoir une bonne fessée. Vous comprenez ce que cela signifie.

- Oui. Sniff !

- Quand vos parents vous ont-ils donné votre dernière fessée Mademoiselle ?



- Il y a 5 ans. J’avais 19 ans. J’avais fait une très grosse bêtise, et Maman m’a donnée une fessée magistrale, à la brosse à cheveux ! Je ne suis pas prête de l’oublier !

- Vous étiez déculottée ?

- Bien sûr. Maman considère qu’une bonne fessée doit toujours être déculottée. Ni moi ni mes soeurs n’y vont échappé.



- Je le pense aussi. Cette fois-ci vous n'allez donc pas y couper.

- Oh mon Dieu ! Vous ne serez quand même pas trop sévère j’espère ?

- Cela, j’en suis le seul juge Sophie. 

- Oui Docteur, bien sûr.

- Allez Sophie ! Je crois que nous avons assez parlé. Allez vous mettre au coin et repentez vous une dernière fois de vos fautes. Demandez au Seigneur de vous aider à bien profiter de l’épreuve qui vous attend.

- « Oui Docteur, tout de suite » murmura humblement Sophie en gagnant le coin comme prescrit.

…/…

samedi 19 septembre 2015

Ma toute première fessée d'adulte


Après m'avoir bien sermonnée le Docteur m'a installée sur ses genoux et a commencé à me fesser sur ma jupe.


A mon âge, il est extrêmement gênant de se retrouver en pareille position pour y recevoir une fessée. Mais d'un autre côté je me sentais rassurée et entre de bonnes mains.

Le Docteur n'y allait pas de main morte. Bien que protégées par ma jupe mes fesses commençaient à sérieusement chauffer. J'ai prié le Docteur d'arrêter, lui assurant que j'avais bien retenu ma leçon.


- Vous plaisantez Mademoiselle, arrêter la fessée tout de suite, alors que je ne vous ai même pas encore remonté la jupe ! 

- Oh non ! Ne me troussez pas je vous en prie ! Je ne veux pas que vous voyiez ma culotte ! S'il vous plaît Docteur !

- Pour cela Mademoiselle, il ne fallait pas imprudemment montrer votre culotte aux passants. J'espère bien que vous avez honte, et cela fait partie du traitement.
dit-il en en entreprenant de retrousser ma jupe


A 24 ans, je me retrouvais ainsi sur les genoux d'un homme ! D'un quasi-inconnu. Jupe retroussée et culotte exposée, mes fesses chauffées au rouge sous ses assauts déterminés. Quelle honte pour une jeune fille indépendante de mon âge ! Mais aussi une punition bien méritée, dont le souvenir et la crainte du renouvellement m'aideront à bien me tenir à l'avenir.




Je continuerai bien sûr à porter des jupes et robes courtes. Car je suis fière d'être une femme et fière de mes jambes, et que j'adore sentir le vent et le soleil sur ma peau. 

Mais c'est promis, maintenant je serai plus prudente !





vendredi 18 septembre 2015

Sermonnée pour mon inattention

- Sophie ?

- Oui Docteur ?

- Vous savez pourquoi je vous ai convoquée aujourd’hui ?

Image en ligne

- Je crois Docteur. Ma mère m’en a parlé dimanche soir quand j’ai repris le train pour Paris.

- Sophie. Je sais que vous êtes une jeune fille sage et vertueuse. A cet égard c’est très bien, contrairement malheureusement à une majorité de jeunes filles aujourd’hui, de veiller à vous mettre en jupe en toutes circonstances.

- Merci

- Néanmoins, quand vous êtes en jupe, surtout en jupe courte à cette saison, il faut bien faire attention à n’en pas montrer plus que vous devez. Se mettre en jupe c’est très bien ; mais montrer sa culotte c’est plus vilain. Votre mère vous à pourtant appris à serrer les genoux, les bons gestes à apprendre pour s’assoir, se baisser, se lever, etc ?

Image en ligne

- Oui Docteur. C’est entièrement de ma faute, j’en ai vraiment honte. Pourtant le sais et j’essaye de faire bien attention. Pourtant parfois cela m’échappe et je pêche par inattention.

Image en ligne


- Trop souvent Mademoiselle. Vos parents vous l’ont souvent fait remarquer. Sans amélioration durable jusqu’ici.

- Oui. Vous avez raison.

- Et que va-t-il se passer maintenant ?

- Vous allez me donner une fessée ?

- Oui. Et même une bonne fessée. Et vous ne garderez pas votre jupe cette fois-ci.

- Oh non Docteur, s’il vous plaît ! C’est seulement ma deuxième fessée !

- Vous avez montré votre culotte en public jeune fille, vous allez aussi me la montrer. Et je vous promet une paire de fesses toutes rouges.

- Oh mon Dieu !

- Sophie ?

- Oui Docteur ?

- Vous êtes prête ?

- Alors venez maintenant sur mes genoux jeune fille.

…/…


Arrivée au cabinet du Docteur SPANK


- Bonjour Mademoiselle

- Bonjour Docteur

- Asseyez vous je vous en prie

- Merci

- Vous m’avez été adressée par le Père Lecordier de l’ACEF. Je travaille régulièrement avec lui. C’est un aumônier de grande qualité.

-  Oh oui, en effet !

- Et je vous félicite, Mademoiselle, d’avoir fait ce choix courageux. Il se développe, mais reste encore minoritaire. On estime que seules 10% des jeunes filles bénéficient d’un suivi disciplinaire régulier.

- Je crois que cela me fera du bien.

- J’en suis persuadé Mademoiselle. Et je vois que vous avez choisi l’option «double transparence ». Je vous félicite. Comme le père Lecordier vous l’a expliqué, la confidentialité est levée de manière double.
D’une part le père Lecordier est, vis à vis de moi, délié du secret de la confession. Il pourra donc m’avertir des fautes que vous lui aurez confessé, et me faire toutes suggestions sur la discipline qu’il pensera utile.
D’autre part vos parents sont également avertis de la signature de ce contrat disciplinaire, et disposent de mes coordonnées. Ils peuvent donc eux aussi me tenir informé sur votre conduite, bonne ou mauvaise, et son évolution. Et suggérer eux aussi de vous punir.

- Oui. Je suis d’accord. Ainsi rien ne vous sera caché. Je ne me torturai pas à me demander comment avouer. Et je serai punie comme je le mérite, selon votre jugement.

- Vous avez parfaitement compris les choses Sophie. C’est très bien.

- Merci Docteur

- Je tiens à vous prévenir Mademoiselle. Je n’hésite jamais à faire preuve de toute la sévérité nécessaire. Recevoir une fessée n’est pas agréable, et le temps parait alors bien long. Une fessée fait mal. Toujours. Les fesses rouges sont généralement de rigueur. Une fessée met aussi à mal l’amour-propre et la pudeur : sauf exception, notamment au début, vous serez troussée et déculottée. Vous en êtes consciente jeune fille ?

- Oui Docteur ! Le père Lecordier m’a déjà expliqué tout cela. J’en suis consciente et je l’accepte. Je sais que c’est nécessaire, et que c’est pour mon bien.

- Les choses sont donc bien claires et acceptées. Je vous félicite encore Mademoiselle Sophie. Vous êtes une fille sérieuse et intelligente.

- Merci Docteur. Mais si j’étais si parfaite je ne serais pas ici dans votre bureau. Glups !

- Effectivement Sophie, et il est temps que nous en parlions…

- Oui




mercredi 16 septembre 2015

Aller à sa première fessée...

"Aller à sa première fessée c'est vivre, avant, une foule de sentiments paradoxaux : crainte, appréhension, envie, excitation... 


Pour ma part, même si je sais maintenant ce qu'est une fessée, je ressens chaque fois ces sentiments .../... cette imagination un peu affolée qui court toute seule" 

Mélanie

lundi 14 septembre 2015

Chez mon directeur de conscience (suite) : le contrat

- Sophie, vous n’êtes pas un cas unique. En temps qu’aumônier je confesse et conseille de nombreuses jeunes filles. Vous n’êtes pas la première avec qui j’ai cette discussion, rassurez vous. Et je connais effectivement un fesseur de toute confiance, qui pourra vous apportez ce supplément d’autorité et de discipline dont vous avez besoin. 

- Oh mon père, je vous remercie infiniment ! Que deviendrai-je sans vous !

- Ce n’est rien Sophie, je ne fais que mon devoir. Et vous êtes une fille intelligente et mûre, tout à fait capable de bien diriger votre vie.

- Merci mon père.

- Allez, je vais maintenant vous présenter le contrat que je vous propose. Il est exigeant, et comporte des contraintes. Une fessée, une vraie fessée, fait mal. Parfois même très mal. Recevoir une fessée disciplinaire n’est pas un moment de plaisir, je vous le garantie. 

- Oui, je m’en doute. J’ai déjà reçu des fessées par mes parents quand j’étais plus jeune.

- Et maintenant vous êtes une adulte. Attendez vous donc à des fessées plus sévères que lorsque vous étiez enfant ou adolescente.

- Oh mon Dieu !

- Oui. Car vous êtes maintenant plus grande, et donc plus résistante. De plus et surtout, vous n’êtes plus une adolescente mais êtes maintenant une adulte. Vous devriez vous comporter de manière irréprochable, ainsi que se sont efforcés de vous l’enseigner vos parents. Donc si vous ne le faites pas, vous méritez d’être punie plus sévèrement. Vous êtes d’accord ?
- Oui mon Père. Vous me faites honte, mais je le mérite.

- Une honte que vous éprouverez encore plus vivement lorsque votre fesseur vous couchera sur ses genoux, vous retroussera la jupe, vous abaissera la culotte.

- Mon Dieu ! Que n’ai-je été plus raisonnable !

- A défaut d’avoir été, par moments, tout à fait raisonnable, soyez maintenant une jeune fille digne et responsable. Acceptez loyalement les corrections que vous avez méritées. Recevez les docilement, comme il sied à une jeune fille bien éduquée. Elles sont une chance pour vous, vous permettront de mieux vous amender et de devenir meilleure. En outre recevoir une bonne fessée après une faute vous soulagera la conscience. Vous vous sentirez plus légère, moins coupable, mieux pardonnée. Par le Seigneur comme par vos prochains que vous auriez offensé (ce qui ne vous dispense pas de leur demander pardon, bien sûr).

- Vous avez raison mon Père. 

…/…

lundi 7 septembre 2015

Entretien avec mon directeur de conscience (1)


- Sophie,

- Oui mon père ?

- Vous êtes une bonne fille. Je sais que vous êtes sincère dans vos regrets, et votre désir de revenir à une vie pleinement chrétienne. Mais à chaque fois vous rechutez. Aussi je pense que vous auriez peut-être besoin d’une motivation supplémentaire pour vous aider à progresser et vous améliorer. Avez-vous pensé à ce que pourrait vous apporter un suivi disciplinaire régulier.

- Vous voulez dire… la fessée ? Mon Père ?

- Oui Sophie, c’est cela.

- Vous voudriez me donneriez la fessée ?

- Non ma fille, ce n’est pas mon rôle. Il existe des professionnels spécialisés pour cela, qui remplissent parfaitement leur rôle.

- Un fesseur professionnel ? Oui, j’en ai déjà entendu parler et j’y ai en effet déjà pensé. Mais je ne connais personne. Je ne vais tout de même pas téléphoner au premier inconnu trouvé dans les pages jaunes.

- Effectivement. Mais donc vous y aviez déjà réfléchi, et pensé que cela pourrait être un moyen de lutter contre vos écarts de conduite.

- Oui mon père. J’ai d’ailleurs plusieurs fois songé à vous en parler, mais je n’osais pas. C’est un peu gênant, à mon âge.

- Bien sûr Sophie. Je vous comprend. C’est gênant, mais utile. Voyez donc cette gêne, peut-être même cette honte, comme une partie de votre pénitence. L’humilité est précieuse pour accéder à la rédemption.

- Oui mon père, vous avez raison.

- Et les fesseurs professionnels sont justement destinés à des jeunes personnes de votre âge, qui ne sont pas encore mariées et n’ont plus, en général, l’opportunité d’être punies par leurs parents.

- Alors que cela me ferait du bien, j’en suis certaine.

- Je suis ravi, Sophie, de vous l’entendre dire.

- Pouvez-vous m’aider mon père ? Connaitriez-vous un fesseur de confiance à qui vous pourriez me recommander ?


lundi 10 février 2014

CNRS, UPR 3756, Sociologie du genre

Parmi mes collègues chercheuses en sociologie au CNRS, souvent féministes patentées et militantes, je fais un peu figure d'OVNI.
Et oui ! Je tiens à ma féminité. Donc pas question pour moi de mettre des pantalons, ou autres shorts.
Hiver comme été, et en toutes circonstances, je porte toujours une jupe, ou une robe !


J'y tiens énormément. Depuis des siècles en Occident, la jupe est le vêtement féminin par excellence.
Catholique convaincue, et pratiquante régulière !  je n'oublie jamais que le Seigneur nous a créés homme ou femme.
Veiller sur ma féminité, que je veux irréprochable, est donc aussi, outre un bonheur quasi sensuel, une façon d'honorer mes parents et mon Créateur.



A 28 ans, je n'ai pas encore trouvé l'homme qui deviendra mon mari et le futur père de mes enfants. J'habite donc encore chez mes parents.
Cette situation a bien des avantages. Ma mère, qui a rapidement arrêté de travailler afin de nous élever, mes 4 jeunes sœurs et moi, assure l'essentiel de l'intendance. Je peux ainsi me consacrer davantage à mes recherches.
Les études de genre sont en effet un domaine passionnant, mais qu'il ne faut en aucun cas laisser aux gauchistes et autres extrémistes de l'indifférenciation.
Et donc, lorsqu'il le faut, je ne crains pas de m'engager pour défendre mes convictions !


Mais surtout, j'aime aussi la vie de famille, l'amour de mes parents, la complicité avec mes sœurs. Nous formons une famille traditionnelle, où chacun a son rôle et sa place : le père, chef de famille, la mère, qui le seconde, et enfin les enfants. 
La vie de famille, sous un même toit, implique des règles. Ainsi, nous les filles, quel que soit notre âge, devont respecter l'autorité de nos parents, leur obéir, être sages, et bien nous comporter avec tous et en toutes choses.
Sinon, nos père et mère ont toujours su, au besoin à l'aide de quelques bonnes fessées, généralement déculottées, nous ramener rapidement dans le droit chemin.


Je vais encore vous surprendre, mais ne croyez pas que mes 28 ans me mettent totalement à l'abri de ce traitement. Quand il m'arrive encore de le mériter, je n'y coupe pas.
Ainsi il y a à peine un mois, alors que fatiguée et irritée par mes règles qui arrivaient, je me suis lors d'une réunion de famille, et pour une broutille totalement insignifiante, montrée d'une insolence inouïe avec Maman qui, la pauvre, en a eu les larmes aux yeux. 


La réaction de Papa a été immédiate, et parfaitement appropriée. Il s'est rapidement dirigé vers moi, m'a saisie par le poignet, avant de m'entraîner à l'étage jusque dans ma chambre.
J'ai immédiatement compris que je venais là de commettre une énorme erreur, et qu'il était trop tard pour me racheter. Mon père, lieutenant-colonel dans l'infanterie avant sa reconversion comme consultant, ne badine pas avec l'éducation et la vertu des filles. Pour l'avoir déjà vécu tant de fois, avec Papa comme avec Maman, je savais parfaitement ce qui m'attendait. J'ai bien protesté un peu tout en reconnaissant ma faute, demandé pardon et promis de ne plus recommencer, et argué qu'à mon âge une fessée était trop humiliante et qu'il pourrait trouver une autre façon de me punir. Rien n'y a fait. Comme il procède toujours, mon père s'est calmement assis sur mon tabouret, m'a installée en travers de ses cuisses et, me tenant fermement par la taille pour bien me maintenir en place, m'a relevé la jupe, baissé la culotte, et longuement administré une fessée exemplaire, qui m'a laissée toute pantelante et pleurnichante. 



Une fois calmée et reculottée, mes larmes séchées, je suis redescendue au salon en suivant mon père.
Alors, devant toute la famille réunie j'ai du, tête baissée et rougissante, présenter mes excuses à Maman, qui m'a pardonnée de bon cœur.



Cet incident m'a rappelée qu'en portant une jupe, je permet aussi à mes parents,
( et plus tard, ce sera la responsabilité de mon mari )
d'accéder facilement à mes fesses chaque fois que j'ai besoin d'être recadrée. 

Et, pour cela aussi,
même si sur le moment il n'est, vous pouvez me croire, jamais agréable d'être déculottée et de recevoir une bonne fessée !  
sans hésitation je vote pour la jupe.


Car je suis une fille et j'y tiens !